h1

Elles reviennent avec des polémiques

juin 2, 2010

Le film est principalement axé sur un voyage des quatre héroïnes à Abou Dabi / DR

Sex and the City 2 de Michael Patrick King

Sortie le 2 juin 2010

Classement : 2 ★ sur 5

Après avoir fait leurs adieux au petit écran en 2004, Carrie, Samantha, Charlotte et Miranda sont de retour au cinéma, dans le second volet de « Sex and the City ». Pour rappel, la première adaptation ciné de la série culte (en 2008) s’était close sur une fin heureuse, digne d’un véritable conte de fée. Alors, nous étions tout à fait en droit de nous demander ce qui pourrait bien arriver à Carrie Bradshaw, après qu’elle ait enfin dit « Oui » à Mr. Big. Un enfant ? Des aventures new-yorkaises toujours aussi rocambolesques ? Et pourquoi pas un divorce ?

Mais ce qu’on découvre au bout de 146 longues minutes du film, ce sont quatre amies toujours aussi soudées, avec leurs problèmes de couple, des crises de la quarantaine (et de la ménopause), et leurs idées féministes qui s’exacerbent lors d’un voyage grandiose à Abou Dabi. Le tout mêlé d’un extraordinaire déploiement de clichés les uns plus réducteurs que les autres. Même si on parvient à retrouver l’esprit de la série dans ce film, avec l’humour, le glamour, sans oublier les aventures sexuelles totalement délirantes de Samantha, on sent toutefois que le scénario s’épuise et qu’il serait peut-être temps de laisser Carrie et Mr.Big vivre longtemps et avoir beaucoup d’enfants…

Longuement axé sur le voyage des quatre héroïnes à Abou Dabi, le pays de « Shéhérazade et des tapis volants », comme l’évoque si candidement Carrie, ce film est en réalité un prétexte pour critiquer certains aspects du Moyen-Orient, parmi lesquels les répressions des femmes musulmanes, le poids des traditions et la diabolisation du sexe. Certaines scènes ont d’ailleurs des résonances avec l’actualité en France, comme le débat sur le port de la Burka. Même si on peut tout à fait saluer l’audace des critiques mises sur scène (qui frisent néanmoins le mépris et le manque de respect envers les cultures orientales quelques fois), les nombreux épisodes surréalistes, vulgaires et affreusement stéréotypés qui les accompagnent, font perdre le poids du message que le film essaie de véhiculer. Notamment cette séquence totalement improbable où des femmes arabes dévoilent des robes chic et ultra-sexy sous leur voile intégral…

Bref, Abou Dabi a réussi à éclipser tous les autres aspects du film et a tué l’âme new-yorkaise, fondamentale à la série. D’ailleurs, le film a déjà été taxé d’anti-musulman par certaines critiques…

La seule scène remarquable de « Sex and the City 2 » reste celle où Mr. Big vient chercher Carrie dans sa luxueuse Mercedes noire, devant l’ancien appartement de celle-ci.

Elle renvoie à l’une des scènes mythiques de la série et vous fait réaliser, non sans une pointe de nostalgie, que Carrie Bradshaw aurait dû rester à New-York et surtout … loin, très loin de Hollywood.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :